Vœux 2018

 Bonne année 2018

On ne peut pas dire que l’année 2017 fut plate ! D'ailleurs, ça ne l’est jamais. Les événements sont inextricablement liés à la dimension temporelle, par définition, et leur contenu aux variations multiples nous a souvent impactés. Superficiellement, parfois, profondément, souvent. La nature nous a donnés, comme les autres années, mais plus intensément, du fil à retordre. Les catastrophes, comme les tremblements de terre, les cyclones, les typhons, les crues, les feux de forêt… nous montrent une fois de plus que nous sommes peu de chose, en définitive, face à cette expression, naturelle, mais dévastatrice.

Et pourtant, à croire que cela ne suffise, le comportement humain de certains de nos dirigeants politiques laisse plus qu’à désirer. Où se trouve la responsabilité de ceux-ci lorsqu’ils savent que générer des émotions anxiogènes et nuisibles pour le bon moral de chacun ? La crise économique, déjà lourde de conséquences, n’a pas suffi qu’il faut maintenant générer d’autres problèmes ! Jusqu’où irons-nous dans la folie ? En attendant, le stress grandit, l’incompréhension également, l’intolérance, le communautarisme, le racisme, la xénophobie… des formes qui divisent davantage la relation humaine. Sans côté cet essor technologique, qui par principe, devrait aider l’humanité, plutôt que la perturber, comme en démontrent quelques utilisations malfaisantes.

Dans ce monde rempli de bouleversements laissons la place au bonheur pour chacun. Peu de chose pour l'obtenir, juste un recentrage sur soi, pour ne pas oublier que nous existons. Cela participera à votre santé, que je vous souhaite bien présente.

Au nom du Dento Budo Dojo, Bonne année à vous et vos proches.

 

Décembre 2017, Jean-Claude Bénis



 

Stage de Bagua Zhang à Sélestat.

Pour la seconde édition dans notre région Alsace, le Dento Budo Dojo a accueilli Pierre PORTOCARRERO pour continuer l'initiation à la pratique du Bagua Zhang. L'année dernière nous étions à Obernai, cette année, sur place, à Sélestat !

Le Bagua Zhang est encore peu pratiqué en France et s'inscrit dans les formes du Nei Jia (forme interne des Arts martiaux) comme le Tai Chi Chuan. C'est donc pour notre association un autre aspect des pratiques que nous enseignons. Que l'on pratique le Tai Chi Chuan ou le karaté, essayer le Bagua Zhang créé un espace d'ouverture à de nouvelles sensations. L'appréhender c'est se donner une occasion d'enrichir ses propres pratiques.

Il est évident que cette pratique du Bagua Zhang n'est pas forcément parlante pour tous ! Sa gestuelle, plus encore, ses déplacements, peut en dérouter plus d'un. Tout dans le cercle ! La gestuelle des bras, les déplacements… empêchent de prendre des repères fixes. Cela peut donc déstabiliser le pratiquant. Mais c'est une véritable Voie que de ne pas s'attacher, au geste, à la personne, au résultat, à la sensation qui reste à tout moment éphémère. C'est un véritable enseignement du mouvement… de la Vie.

Pratiquer le Bagua Zhang, encore plus le comprendre, est sans doute le résultat d'une certaine maturité de la compréhension qu'on peut avoir des Arts martiaux. Cela demande du temps mais reste accessible à tous pour peu qu'on veuille en faire les efforts nécessaires. C'est le genre d'Art qui nous parle, ou pas ! Pierre PORTOCARRERO a su très bien nous transmettre au-delà de la forme, l'esprit du travail qu'il fallait mener pour obtenir une pratique constructive. C'est, on s'en doute bien, un véritable chantier qui se dresse devant nous. Mais c'est justement l'intérêt de ce stage qui vient pour certain renforcer l'édition de l'année précédente.

L'avenir devant cette pratique appartiendra à chacun de poursuivre ou pas… Mais pour celles et ceux qui veulent poursuivre, Paris sera maintenant un lieu de rendez-vous pour renforcer la pratique du Bagua Zhang.

Un grand merci à Pierre pour cette nouvelle occasion mais également à Alexander qui est venu d'Allemagne avec quelques centaines de kilomètre avant d'être parmi nous à Sélestat.

Notre prochain rendez-vous sera donc sur Paris, prévu pour mars 2019.

À très bientôt…

Pierre Portocarrero en cours d'explications durant le stage de Bagua Zhang.

Pierre Portocarrero en cours d'explications durant le stage de Bagua Zhang.

 

Quatre photos de ce stage de Bagua Zhang (ou Pakua Chuan) auxquels ont participé quelques passionnés dans la pratique de chacun (Karaté, Tai Chi Chuan, etc.) pour s'enrichir.

 

Souvent déstabilisant, dans la forme comme dans le fond, la pratique du Bagua Zhang interroge à n'en pas douter !

Patrick et Pierre Portocarrero au stage de Bagua Zhang.

Patrick et Pierre Portocarrero lors d'un passage accompagnées d'explications.

Extension des tendons.

Pierre PORTOCARRERO à Sélestat au stage de Bagua Zhang expliquant une application lors d'une saisie.

Quelques membres du Dento Budo Dojo au stage de Bagua Zhang avec Pierre PORTOCARRERO.

Pierre Portocarrero au centre avec quelques membres du Dento Budo Dojo ayant effectué le stage de Bagua Zhang sur Sélestat.



 

Stage de karaté à Halle,près de Bruxelles, chez nos amis belges

Chez nos amis karatékas belges, ce n'est pas la première fois que nous aimons leur rendre visite. La période de février n'est pas toujours facile mais cette fois-ci la météo était avec nous : pas de neige ou de verglas, alors aucun obstacle devant nous. Profitons-en !

Stagiaires à Halle où fut organisé cette rencontre pour la pratique du Tengu-ryu karatédo.

Stagiaires à Halle où fut organisé cette rencontre pour la pratique du Tengu-ryu karatédo.

Ce stage habituellement animé par les seuls experts Jacques FAIEFF et Alex HAUWAERT ont eu exceptionnellement l'intervention en plus du Soké Roland HABERSETZER du Tengu no michi pour la deuxième journée, le dimanche. Cette "intrusion" n'en était en réalité pas une, mais seulement une présence très souhaitée de la part du dojo belge... pour fêter une date anniversaire. Que du bonheur pour tous les participants!

Le stage entièrement orienté au karaté, selon l'approche donné par le Soké de l'école Tengu-ryu, permettait d'aller plus loin par des mises en pratique illustrées par des kumité de la création des experts. Avoir les idées est une chose, les illustrer par des démonstration en est une autre. Si nous-mêmes pratiquons selon cette philosophie du combat à Sélestat, il est toujours intéressant de voir d'autres idées. C'est chose faite!

Soké Roland HABERSETZER

Soké Roland HABERSETZER entièrement passionné dans ses explications.

Du kihon, des kumité, des katas, etc, ont été effectués avec toujours autant de sérieux et d'investissement autant chez les instructeurs que chez les karatékas exécutant toutes ces approches du karaté. L'enthousiasme était donc de la partie.

Nous étions très contents de ce bon moment partagé entre "tenguka"...

Un grand merci pour tout cet enseignement qui ne peut qu'interroger pour peut-être éveiller une prise de conscience de ce qu'est le Do.

Au Tengu-ryu, nous pratiquons des kumité...

Démonstration d'un Sannin kumité du Soké avec deux de ses experts, Jacques FAIEFF et Alex HAUWAERT.

Démonstration d'un Sannin kumité du Soké avec deux de ses experts, Jacques FAIEFF et Alex HAUWAERT.

... multidirectionnel face à plusieurs adversaires.

Phase d'un sannin kumité.

Le maaï est ici une notion très importante, même dans un cas d'étude pour éprouver les sensations qui s'y rattachent.

Phase initiale du kata Unsu du Shotokan.

Phase initiale du kata Unsu du Shotokan.

Kata Unsu.

Phase de Unsu.

Gyaku zuki effectué par Patrick.

Gyaku zuki effectué par Patrick.

Photo souvenir avec le Soké et ses deux experts.

Photo souvenir avec le Soké, Roland Habersetzer.

Le Soké Roland Habersetzer du Tengu-ryu entouré de deux de ses experts, Jacques FAIEFF et Alex HAUWAERT qui furent tous trois les intervenants lors de ce stage pour une date anniversaire du groupe belge. Merci à vous trois pour les quelques membres du Dento Budo Dojo présents à cette occasion.

Roland HABERSETZER et Jacques FAIEFF

Roland HABERSETZER et Jacques FAIEFF



 

Stage Koshiki Kata

Une nouvelle édition de ce stage pour karatékas, si particulier, qui relie le passé au présent, pour espérer un meilleur futur, à travers l’étude (ou la révision) de ces anciens Kata nommés Koshiki-kata, vient d’avoir lieu à Eschau. Comme à chaque fois, les formes étudiées interpellent les karatékas qui étaient présents à ce rendez-vous… Une autre façon de faire, selon le style auquel se rattachera tel ou tel kata, nous questionne sur de nombreux points…

Notre association, le « Dento Budo Dojo », s’est retrouvée avec de nombreux dojos, français comme étrangers, à la pratique de ces formes anciennes. C’est toujours avec un vif intérêt que Sensei Roland HABERSETZER – Soké (fondateur) d’une école nommée Tengu-ryu – nous a présenté quelques-uns de ces trésors d’un autre temps comme il aime à le rappeler. Sous certains aspects, ce type de kata trompe bien souvent le public… L’aspect extérieur n’a aucune allure pour du spectacle, tant convié aujourd’hui. Mais l’efficacité, cachée, est bien réelle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle dans notre Dojo au C.C.A. à Sélestat, Jean-Claude Bénis n’hésite pas à enseigner de ces nombreuses clés cachées que recèlent les Koshiki, et qu'il pratique par ailleurs. (Voir : www.dento-budo-dojo.fr)

Groupe de stagiaires au stage Koshiki Kata

Groupe de stagiaires au stage Koshiki Kata

« De nombreuses pistes existent dans l’étude de ces katas anciens », dit-il, « notamment des clés à mettre en œuvre dans le corps comme dans l’esprit ! ». Force est de constater que la modernité devrait s’imprégner de la profondeur transmise au fil des générations de ces formes. Le véritable problème aujourd’hui c’est d’y consacrer du temps, chose de plus en plus difficile par le mode de vie que veut nous imposer la société actuelle, car il faut le dire, pratiquer le Koshiki-kata, c’est quelque part vivre aussi en décalage du temps actuel, et ce, sous de nombreux aspects. Et pourtant, les bienfaits sont réels, pour la santé physique comme mentale.

Merci au Soké de nous avoir montrés et appris certains de ces Koshiki, notamment le Rohai Shodan de l'Itosu-ryu ainsi que le Seienchin appris de feu O-Sensei Tsuneyoshi OGURA.

Rendez-vous pris pour l'année prochaine, car les karatékas présents en redemandent…



 

Stage de printemps, Karaté et Kobudo au rendez-vous

La période printanière est aussi pour notre dojo un moment de rendez-vous avec un stage particulier. Le karaté en premier plan, développé avec le point de vue du Tengu-ryu, et le kobudo avec ce même état d’esprit de l’école (Ryu).

Moment toujours rempli de convivialité, d’échanges linguistiques avec le français mais aussi l’allemand, soutenant ainsi la compréhension des concepts pour les karatékas d’outre Rhin, ce stage venait à point pour renforcer la base des fondamentaux du Tengu-ryu.