Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

Stage de Printemps

 

2017

 

 

 

 

C'est toujours avec joie que notre association participe au stage de printemps, animé par le Soké du ryu, Roland Habersetzer, et assisté par ses experts. Alex HAUWAERT, pour des raisons professionnelles… n'a pu être parmi nous, ce qui nous a pas empêché d'avoir une pensé chaleureuse qui lui était destinée de tout cœur.

      Plus de quatre-vingt karatékas étaient au rendez-vous, avec des « extérieurs » de plus en plus présents à ce stage, sans parler de ceux qui viennent également au stage d'hiver : kan geiko. Cela fait plaisir de voir que des karatékas reconsidèrent parfois certains paramètres de leur pratique. La société change, de plus en plus vite, et il est urgent qu'une pratique martiale comme la notre puisse s'adapter, mais plus encore, répondre, aux nouvelles formes de violences que veulent parfois nous soumettre certains égarés au comportement purement irresponsable.


      Le contexte actuel nous montre que la jeunesse ne répond pas forcément à ces nouvelles exigences sociétales… à croire qu'on ne se pose pas assez de questions qui visent des choses essentielles de notre existence. En effet, pour preuve, les dojos montrent qu'à la rentrée les « nouveaux » sont souvent absents.

 

 

Les karatékas au stage de printemps 2017

 

Les karatékas au stage de printemps 2017. Quelques "extérieurs" parmi nous, mais qui viennent de plus en plus régulièrement...
Le Tengu-ryu karatedo, ça plait de plus en plus... Une pratique moderne qui tient compte des comportements actuels tout en gardant les racines,
d'un autre temps, mais qui transportent des valeurs toujours d'actualité et dont nous avons de plus en plus besoin, pour une pratique responsable...

      Mais il reste cependant un espoir ! La première raison de le penser, c'est l'assiduité que montre les karatékas présents maintenant depuis plus de trente ans pour certains... ce qui montre bien que nous sommes dans le vrai. Nous sommes assez intelligents pour voir que si notre pratique du karaté avec tous ses apports modernes et introduits ne répondaient pas à un questionnement de fond, nous aurions déjà passé notre chemin. C'est aussi simple que ça.

 

      Une deuxième raison de cet espoir est celle de la transmission des concepts véhiculés dans le Tengu-ryu Karatedo. L'idée même a pour conséquence de questionner plus en profondeur sur le sens qu'on veut donner à notre pratique du karaté. Dans la Tradition, la visée n'est pas seulement orientée à l'acquisition d'une technique de défense mais vise bien à l'élévation spirituelle de l'Homme. Tout un programme. Le guerrier



Patrick JOSEPH recevant les félicitations de sensei R. Habersetzer pour son 2ème dan de Tengu-ryu Karaté-do.

 

Wolfgang, expert du CRB-IT, en kumite
avec O-Sensei Roland Habersetzer...

 

 

 

 

 

 

responsable, mieux, accompli, demande une exigence qui dépasse la simple maîtrise technique. Cela demande également des compétences langagières car transmettre c'est aussi expliquer, et l'implication des mots employés doit aider les élèves à davantage de responsabilité dans leurs actes au quotidien. C'est une véritable éducation du comportement. Il ne s'agit donc pas de devenir une « bête de combat », une brute épaisse pour qui la vie n'a pas d'importance. Mais bien d'une personne qui protège, à commencer par se protéger, mais aussi protéger les autres. Mais attention, il ne s'agit pas non plus de s'incliner sans rien faire… la soumission n'a pas sa place face à des comportements qui se veulent destructeurs envers les autres. Il n'y a aucune raison, valable, de se laisser détruire. Encore moins de détruire les autres… ou alors, on a affaire à des comportements bestiaux… et on se dit être des êtres supérieurs, civilisés ! Les animaux eux-mêmes n'ont pas cette sauvagerie qui peut être manifestée par certains humains…

 

 

 

 

 

 

Page suivante