Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

Le passage de grade 2015


et le stage Koshiki kata

 

Le passage de grade reste, et restera, toujours une épreuve. Ce fut encore bien démontré cette année... L'exigence demandée dans notre école reste ferme. Un niveau est un niveau. Aujourd'hui on pense trop souvent tout avoir sans forcer. Dans la pratique martiale, la continuité dans l'effort restera toujours une nécessité pour voir des progrès.

       Nous percevons aujourd'hui une certaine baisse dans la pratique. Certainement que le mode de vie que veut souvent nous imposer une certaine pression

sociale a son rôle dans tout ça. Les gens, par leur travail, et surtout leurs moments "libres" de moins en moins présents, ne peuvent progresser sans une pratique qui demande justement du temps à y consacrer.

       Ne pas baisser les bras, et maintenir le cap... doit être un objectif. Le travail finit toujours par payer. Reste à garder le plaisir de la pratique. Alors, courage et volonté pour l'année prochaine et au-delà...

       Le stage kata quant à lui a vu son lot de surprises. Une dizaine de koshiki katas ont été vus, ou revus, dans le plus grand intérêt.

      Des katas du Shorin-ryu de la branche de sensei Yuchoku HIGA, ou encore, Rokkishu, Happoren du vieux style de la grue selon feu OHTSUKA sensei, et aussi Sanchin du style Uechi-ryu.

       La pratique du Koshiki kata manifeste de plus en plus d'intérêt. La réponse à la demande d'un éventuel stage Koshiki pour l'année prochaine était sans ambiguité ! Il faut dire que ces katas n'ont rien de spectaculaire mais renferment de véritables secrets d'efficacité. Difficle à voir, sauf en démonstration lors d'un bunkai, et encore plus difficile à mettre en oeuvre chez le pratiquant... Cela demande en effet une autre approche du corps... et donc de l'esprit ! C'est une pratique assez loin de la mentalité moderne où le spectacle doit forcément être présent. Ici, rien de celà... que de l'essentiel. Très opérationnel, du point de vue de la défense, comme de la construction intelligente d'un budo qui va au coeur des choses et des êtres.

Jacques et Alex


Jacques FAIEFF lors du passage de grade.

 

Jacques et Alex


Soké Roland Habersetzer en Juji Uke Jodan.

 

Jacques et Alex


Soké Roland Habersetzer dans le kata
Sanchin du Ueshi-ryu.

 

Jacques et Alex


Quelques stagiaires du Dento Budo Dojo.

 

Le groupe de stagiaires...

 

Le groupe au stage Koshiki Kata