Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

 

Koshiki Kata

 

 

 

Très éloignés des Shitei Kata (kata pour la compétition) le Koshiki Kata a une orientation qui se situe bien ailleurs que celle d’un spectacle. Rien, en effet, de visiblement transcendant… au premier regard.

       Les styles modernes ont perdu des clés de connaissance. Les Koshiki Kata, plus proches de la racine chinoise, en possèdent encore. Mais pour combien de temps si ceux-ci ne sont pas transmis ?

Ou, dans le meilleur des cas, transmis mais mal compris… car c’est un enseignement, n’ayons pas peur de le dire, fin ! Difficile d’ailleurs d’enseigner en masse ce genre de kata.

       Les connaissances de ces katas, même si on sait qu’elles touchent à l’interne, présentent des véritables clés pour le combat. Pourtant, à y regarder l’exécution d’un kata on a du mal à le percevoir. Les bunkai (applications) démontrent leur efficacité. C’est sans appel, à condition de bien faire la technique… Mais pour cela, il faut pratiquer le Koshiki Kata, sans le modifier en y incluant des techniques modernes ou des sensations provenant d’un autre style. Difficile à faire si on ne veut pas se remettre en cause… Les apparences sont souvent trompeuses. Et c’est encore plus vrai aujourd’hui où l’image, l’apparence, ont souvent leur place sur un podium ! Afin d’appréhender cette forme de pratique du karaté,       

avec le respect du corps, avec des positions qui sollicitent moins les articulations, nous avons revu les katas Unsu et Sochin qui ont été transmis à feu OHTSUKA sensei du Gojukensha et dont SUZUKI sensei enseigne aujourd’hui. Rappelons que ce dernier a été élève direct de Yushoku HIGA, d’Okinawa, où il enseignait le style Shorin.


       A ces deux katas, s’y est ajouté pour la première fois, le kata Jitte. A la fois proche et éloigné de son équivalent dans le style Shotokan, ce kata possède ses clés d’efficacité pour le combat !


       Ces katas d’un autre temps… ont leur véritable raison s’être pour les karatékas qui désirent approfondir le Kumite. Dans le Tengu-ryu karatedo, nous avons justement ce souci d’avoir une réponse       

qui correspond au contexte actuel. Il se trouve que les Koshiki kata apportent par leurs contributions des éléments de réponse. L’ « ancienneté » a parfois des valeurs bien modernes… Shihan Roland HABERSETZER nous a invité à prendre conscience de l’importance de la pratique du Koshiki Kata, et pour plusieurs raisons… que les stagiaires connaissent ! Mais citons-en une : Le Koshiki Kata accompagne mieux le vieillissement du corps, qui nous gagne tous au fur et à mesure que le temps s’écoule.

       Que ces trésors d’un autre temps puissent vous parvenir, vous interpeller, vous enrichir dans votre réflexion de ce que vous faites de votre pratique, de votre temps.

       N’oublions pas : une pratique doit nous construire, nous préserver, mais en aucun cas nous détruire.

Un groupe important de cadres...

 

Notre groupe du Dento Budo Dojo au stage Koshiki Kata