Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

Hommage à

 

           sensei Tadahiko OHTSUKA


 

 

Parfois il est difficile de prendre un stylo et de se mettre à écrire. J’ai tardé à le faire car je sais que les mots ne suffiront pas pour exprimer des sentiments intimes concernant sensei Tadahiko OHTSUKA. L’annonce de son décès en cette fin du mois de novembre 2012 me montre une fois de plus ce qu’inscrit un jour chez chacun la loi du temps. C’est inéluctable. On le sait.


Sensei... toujours en bonne compagnie.

sensei Tadahiko OHTSUKA, lors de sa venue en septembre 2007 en Alsace.

      Grâce à mon sensei, Roland HABERSETZER, j’ai pu avoir quelques moments privilégiés en la compagnie de sensei OHTSUKA, en France, comme au Japon. Un véritable passionné des arts martiaux, également chercheur qui n’a pas hésité à se déplacer à Okinawa pour suivre notamment l’enseignement de sensei Yuchoku HIGA, de style shorin-ryu, mais aussi en Chine pour remonter le temps, celui d’une connaissance plus subtile et profonde. Cela l’a mené au Bubishi, un écrit ancien, qu’il a pu faire connaître à un plus large public, comme d’ailleurs mon sensei, avec pour tout deux des interprétations personnelles.

      Au-delà de sa connaissance profonde sur les racines du karaté-do et leurs évolutions, c’est sa générosité, son altruisme, sa gentillesse, son perfectionnisme qui resteront dans ma mémoire. Son implication à vouloir transmettre allait au-delà de celle du karaté puisqu’il a été aussi fédérateur au ____


Sensei... toujours en bonne compagnie.

sensei Roland HABERSETZER, soké du Tengu-no-michi, Tadahiko OHTSUKA, kancho du Gojukensha et Fumimaro SUZUKI, disciple et héritier direct de sensei Yuchoku HIGA et responsable en second du Gojukensha.

Japon de l’enseignement du Tai Chi Chuan (Taikyokuken), avec son épouse Kazuko OHTSUKA, après avoir appris auprès d’un maître très célèbre et bien connu qu’était Yang Ming Shi (Yo Meiji, en Japonais). Mais peut-être, pour moi, sa première qualité serait sa simplicité qu’il pouvait avoir dans une relation de communication, ce qui en faisait une véritable grandeur. Je me rappelle de tous ces moments d’enseignement aussi bien au dojo que dans un restaurant où la joie et la rigolade s’entremêlaient avec les explications sérieuses et passionnées du sensei.


      Mes souvenirs sont nombreux, les derniers ayant été de mars 2011. Aujourd’hui, il n’y a pas un jour où je ne pense pas à vous sensei OHTSUKA. Mes pensées sont également tournées vers votre famille et vos élèves que je vais revoir prochainement.


Sensei... toujours en bonne compagnie.

sensei Tadahiko OHTSUKA sur une interprétation d'une technique du bubishi.


Sensei... toujours en bonne compagnie.

Sous tous les regards, les démonstrations et les explications du sensei afin de comprendre quelques applications en version naha-te du bubishi.

      Feu O-sensei Tsuneyoshi OGURA vous a certainement reçu en compagnie de bien d’autres… Continuez à nous enseigner de là où vous êtes par ces voies (et peut-être aussi voix) mystérieuses que recèlent l’univers.

      Merci à vous, Homme de bien.

      Très respectueusement, sayonara sensei.

Jean-Claude Bénis

 

 

Page suivante

quelques autres photos...