Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

Stage de Tai Chi Chuan

 

au C.C.A. à Sélestat

 

 

Le stage annuel de tai chi chuan, qui se déroule en début d’année, au mois de janvier, s’est effectué dans les locaux du C.C.A. de Sélestat, dans le cadre du CRB-IT et dont Jean-Claude Bénis a la charge.

       C’est toujours avec plaisir, où se mélangent anciens et nouveaux pratiquants de tai chi chuan, que la forme des 40 mouvements de style yang fut étudiée.  Le  rythme  de  cette  forme  peut  parfois    

« déstabiliser » certains pratiquants mais la concentration et la volonté d’apprendre font que ces huit heures de travail permettent d’acquérir un bon sens du mouvement. C’est aussi l’occasion d’approfondir pour les « anciens » et de remettre sans cesse en considération ce que l’on pense parfois comme acquis.

      L’attention et l’investissement de chacun dans l’effort amènent en fin de stage une fatigue, réelle, malgré la lenteur du mouvement, mais dont on en tire aussi un bénéfice, une certaine satisfaction d’arriver au bout. Le stage est par principe un moment intense de la pratique… ce qui nous ramène ensuite à un sentiment de facilité lorsqu’on revient à la durée d’un cours « normal ».

      C’était également l’occasion pour des personnes extérieures à notre association, le Dento Budo Dojo, de nous connaître et de voir,  même si cela n’est que 

sur la durée du stage, la manière dont on enseigne avec toute la mesure qui accompagne le stagiaire afin qu’il en tire le maximum pour son travail futur qui lui sera personnel… s’il veut réellement progresser. Car qu’on se le dise : un stage est une porte qui s’ouvre à condition qu’on en fasse quelque chose après ce temps de pratique. Quelqu’un qui en fait un simple produit de consommation serait évidemment dans l’erreur quant aux vertus que pourraient lui procurer la pratique du tai chi chuan.

      C’est la raison pour laquelle doit suivre une pratique d’après stage, pour dans un premier temps ne pas oublier ce qui a été appris, puis pour améliorer et perfectionner la forme apprise. Cela demande du temps, du travail, avec sérieux et régularité… pour entrevoir les bienfaits de ce genre de pratique. Mais si on vient prendre du temps sur un week-end c’est aussi   pour   chercher   quelque   chose…  Que  cette

recherche, ou découverte,  vous accompagne le reste de votre vie pour continuer d’avancer et de comprendre le sens profond de cette quête.

 

 

 

      Nous remercions vivement Christophe Rizenthaler qui a eu la gentillesse de prendre de nombreuses photos et dont quelques-unes vous sont présentées.

 

 

 

 

De gauche à droite : Marie-Andrée, Bernard, Marie-lise, Laurent et Christine, tous pratiquant avec une réelle passion...

Photos du haut : Jean-Claude Bénis qui démontre... et qui corrige.

 

Photos du bas : Louis à gauche et Patrick à droite