Dento Budo Dojo

Ne pas se battre , ne pas subir.

 

Ceintures Noires

Passage de grade de mars 2009

 

Notre association « Dento Budo Dojo » s’est enrichit le week-end du 21 et 22 mars 2009. Comme tous les ans, le CRB-IT (Centre de Recherche Budo – Institut Tengu) organise un passage de grade pour la ceinture noire. Il y avait cette année un cru exceptionnel puisque pas moins de trente et un candidats furent présents ! Si l’épreuve est réelle pour chaque karatéka, elle l’était également pour le Jury qui avait lui un temps d’observation d’environ 14 heures…

      Au Dento Budo Dojo, deux candidats se sont présentés :  Jean-Claude Bénis ,  instructeur,  pour le

grade de Tashi-ho (1) de Tengu-ryu karaté-do (« équivalent » au 5ème dan dans le milieu sportif) et l’un de ses élèves, Didier SIAT, pour le grade de Renshi-ho de Tengu-ryu karaté-do (« équivalent » au 3ème dan dans le milieu sportif). Ils ont réussi tous les deux. Félicitations à vous.

      Si d’un côté chaque candidat éprouve dans l’instant une certaine satisfaction à l’annonce de la réussite – à juste titre lorsqu’on voit tous les efforts que cela demande – il y a aussi l’autre versant qui laisse également un sentiment de non-satisfaction, d’inachevé, et là aussi, à juste titre ! Une réussite est toujours quelque chose de relatif. Elle marque juste un « placement » temporel sur une progression qui prend  une  vie. On peut  voir se  qui a  été fait  en se



(1) Voir graduation du ryu pour plus de détails

 

 

Les candidats au passage de grade de mars 2009.

retournant, mais c’est surtout devant qu’il faut regarder… et l’engagement, la conviction, la direction qu’on se donne, la volonté d’agir auprès de ceux qui nous font confiance, sont des valeurs qui accompagnent sur le Do (la Voie). Au fur et à mesure qu’on avance dans la progression, celle-ce se densifie et nous oriente sur des chemins propre à chacun, qui touche une personnalité. Le Do a aussi ce volet qui donne une certaine liberté où l’on commence petit à petit à apprivoiser une technique (le moyen) pour nous faire pénétrer dans quelque chose de plus intime, de plus personnel et qui vient répondre à ce que nous sommes au plus profond de nous. L’art de la main vide est justement un de ces moyens qui touche des valeurs essentielles pleines d’humanisme.

      « Un sentiment de responsabilité grandit avec l’honneur de recevoir ce grade de Tashi-ho… », formulait Jean-Claude Bénis,  « C’était un rêve à mes

débuts de la pratique, mais c’est aujourd’hui une réalité. Je ne pensais pas qu’un jour j’en serai là ! ». Ainsi l’aventure continue. Notre sensei nous transmet également cette passion du Tengu-ryu Karaté-do en nous imprégnant de concept que son maître, Soke (2) Roland Habersetzer, Hanshi (3) du Tengu-Ryu, lui transmet ainsi qu’à tant d’autres karatékas qui veulent bien essayer de garder une conception de l’art dans la pure Tradition. La réussite est pour tout le dojo (4) de Sélestat. On la doit aussi au travail de ses assistants, Patrick JOSEPH (Shoshi-ho), Sébastien ROCHE  (Shoshi)  et Didier SIAT  (Renshi-ho)  qui ont


(2) – Fondateur d’une école d’art martial.

(3) – Titre pour un maître d’art martial classique ayant atteint les plus hauts niveaux de compréhension.

(4) – Lieu de la Voie

participé pour le besoin de la démonstration illustrant des concepts autour du yonnin kumité (5). Didier SIAT, après tout ce travail plein de sérieux, a obtenu également son grade de Renshi-ho, ce qui l’aidera également de son côté auprès de ses élèves dans son Dojo sur Strasbourg. L’année prochaine d’autres défis nous attendront, où seul le plaisir de la Voie (Doraku) nous guidera…




(5) – Pratique où l’on voit un défenseur faisant face à trois adversaires.

Remarque : on pourra toujours se référer à l’incontournable « Encyclopédie des Arts Martiaux », de Gabrielle et Roland Habersetzer, aux éditions Amphora, pour éclaircir certains termes utilisés sur notre site.

 

Alex Hauwaert en démonstration

 

Didier SIAT à gauche, en Tengu-no-kamae,
prêt à répondre... pour ne pas subir !

 

 


 

Jean-Claude BENIS et Didier SIAT lors d'une séquence
de l'un des Kumité Kata, propre à l'école Tengu-ryu.

 

Alex Hauwaert en démonstration

 

 


 

Alex Hauwaert en démonstration

 

Sous le regard des experts Jacques FAIEFF et Alex HAUWAERT, Jean-Claude BENIS reçoit de son maître
Roland HABERSETZER les félicitations pour le titre de
TASHI-HO (5ème DAN de Tengu-ryu Karaté-do)